Paziols, c'est le nom d'un petit village situé non loin de la limite avec les Catalans des Pyrénées Orientales. Une vaste plaine ensoleillée au pied du Mont Tauch.

L'objectif du WE était simple, prospecter et voir les travaux à envisager pour la poursuite du travail réalisé par "Le Groupe d'Etude du Karst", le GEK.

Donc, le samedi, nous sommes allés à la cavité des eaux chaudes (vallée de l'Adoux). Heureusemnt pour nous, il n'a pas plu depuis longtemps, donc la cavité est relativement peu collante..... et les parois sont proches de nos maigres épaules (nous n'avons plus vingt ans non plus...)

Nous sommes surpris par le développement et les volumes beaucoup plus important que nos discussions avec Henri Salvayre nous laissaient envisagés. La cavité mérite d'y revenir et d'agrandir deux suites potentielles, mais la présence de petits Rhinolophes va nous compliquer le travail et il est hors de question d'effectuer des travaux d'élargissement en leur présence si proche.

Compte tenue de la configuration de la cavité et de sa mise en charge qui doit être assez rapide en cas de pluie abondante, il est fort probable qu'une autre entrée permette aux chauves-souris de venir aussi loin, mais du guano a été vu à plusieurs lieux sur le cheminement.

Après cette première aventure, une seconde nous attendait avec l'accès à "La Caune des Sants II", non loin de la "Mousque d'Aze" .

La végétation est très dense et la pente mérite son nom de pente très pentue....

Sur place, nous renonçons de descendre car depuis le temps que personne n'est venue, l'entrée a fortement évoluée et les poteaux supportant le toit de protection tient dans le vide à plus de 4 mètres plus bas. Les planches qui servaient également de marches ou paliers ne sont pas vraiment engageantes non plus. Il faudra revoir et conforter l'accès.

La soirée se passe à la "Fontaine des eaux" (T° 22°), mais le Verdouble tout proche coule à tout juste 20°.

IMG_20190601_203244155

Dimanche nous allons prospecter en rive droite du Verdouble au dessus de Padern, mais la végétation est trop abondante et malgré nos efforts, et beaucoup de sueur rien n'en sortira sauf un ancien habitat qui devait être immense. (situé non loin du canyon du Ravin de Témézou avec son beau rappel de 40 mètres)

La prospection sur les berges du Verdouble entre Padern et Paziols a également été infructueuse. Mais il faut prévoir de retourner sur ce coin en remontant les vallée qui partent de la source des Allens.