Nous nous retrouvons à cinq au dessus de Vélieux pour faire découvrir à trois d'entre nous la grotte Delphine, et, si nous avons le temps l'aven du cheval. Deux cavités dans le même secteur, Delphine au fond d'une vallée près du ruisseau du Rieussec, l'aven du Cheval au sommet du plateau qui domine le ruisseau.

Le temps doux et gris n'est pas très folichon pour se mettre en tenue, mais il ne pleut pas, c'est dèjà ça après les abondantes précipitations de la semaine. Quelques tirs nourris de chasseurs , nous incitent à aller rapidement nous mettre à l'abris sous terre. Nous descendons vers le Rieussec, qui n'est plus sec (?) mais coule bruyamment, et les bottes sont les bienvenues pour le traverser. Nous remontons un petit affluent peu actif, en direction de la grotte que nous atteignons rapidement.

Après avoir laissé Noé MariLou,et Frank découvrir le secret de l'entrée cachée de la dite grotte (!!) nous attaquons la visite, Frank et Noé en avant garde explorant le moindre diverticule, Marilou plus concentrée sur l'esthétique, les particularités des spéléothèmes et les explications de François.

Les gours sont bien pleins et les salles raisonnent des gouttes d'eau tombant de la voûte, Noé qui s'est emparé de la topographie, nous fait découvrir la galerie du pont du diable et du méandre qui va nous amener, grâce à une main courante, à la salle du chaos. Après l'avoir traversée, et à l'aide d'une série de passages équipes de cordes, nous accédons à une salle en hauteur (nous sommes à +5m par rapport à l'entrée). Le sol est recouverts d'anciens gours, maintenant secs, qui sont remplis de minuscules ossements de chauve-souris.Malgré nos recherches, nous n'avons pas découverts un seul crane de ces chiroptères, et en avons déduits que ce devait être un met de choix (?) pour les nombreux Loirs qui fréquentent la cavité (vu les déjections).

Ensuite c'est le retour, par le même chemin, ou avec des variantes. En sortant de la cavité, nous jetons un bref coup d'oeil à la grotte de la Bergerie, située en face avant de reprendre le chemin vers le fourgon afin de nous restaurer.

Après cette courte pose, et s'être changés pour éviter de maculer les sièges du fourgon avec nos postérieurs argileux, François restant intrétable sur ce sujet, nous parcourons les 300m de routes qui nous séparent du stationnement vers l'aven du cheval.

On renfiles les combis froides et sales, et les baudriers pour se diriger à travers chemin et sentier vers la zone qui regroupe trois avens : l'arsenal, le chien et le cheval. Pour aujourd'hui, comme il commence à se faire tard, ce sera seulement le cheval, dont l'entrée grandiose et l'accés par des plans inclinés ne nécessite qu'un corde pour la sécurité. La descente se poursuit à l'aide de crampons métalliques et nous arrivons auprès du cheval momifié qui a donné son nom à la cavité. Séance photos, moment de recueillement, nous atteignons enfin le fond à -46m ou nous attend un chantier de désobstruction à l'arrêt depuis février 2019, et la dépouille en partie momifiée d'un petit animal, chien (?)  qui veille sur ces travaux.....

Un excellente journée de découverte pour nos participants, avec de nombreux moments d'échange, d'entraide, de camaraderie, et aussi de franche rigolade....

Que du bonheur....

DSCN9089

DSCN9093

DSCN9095

DSCN9097

DSCN9099

DSCN9100

DSCN9103a

DSCN9106DSCN9115

DSCN9123

DSCN9125