Le Fondukit

lundi 29 juin 2020

Un WE de chaleur dans la garrigue

Un WE bizzare fait de déceptions, d'incidents et de plaisirs.

En effet, nous étions partis pour aller faire découvrir le Mont Ner à Noé et Jean François. Alors, tout d'abord chargement du Niva pour rentrer toutes les affaires de quatre personnes, + le matériel spéléo bien sur, sans oublier les glacières pour deux jours...

Arrivée au refuge, nous laissons JPP à ses occupations de coupe et récolte de bois pour la soirée, et nous partons en direction du Mont Ner. Malheureusement, une erreur dans le cheminement ne nous premettra pas de retrouver ce foutu trou pourtant bien grand. Cela nous permets quand même de trouver une nouvelle entrée, (certainement connue car il ya un gros cairn juste à côté.) La chaleur de l'après midi a raison de nous devant l'impossibilité de retrouver l'entrée. Alors, retour vers le refuge, mais en remontant vers le Pic du Pied de Poul, François se fait une déchirure au mollet, mais heureusement son bâton de marche l'aide bien dans ce terrain accidenté. Nous retrouvons le sentier balisé, et un arrêt au "Trou de la Palette" permet une pause fraicheur. Noé et Jean François descendent le visiter, et devant la température très froide, il serait bien de reprendre les travaux de ce trou soufflant.

De retour au refuge, bière et soda sont les bienvenus à l'ombre des chênes.

Puis, c'était aussi un bel objectif du WE, c'est Noé qui nous a cuisiné des filets de poulet au curry avec son riz à la crème. Objectif atteint avec brio. Juste quelques frayeurs pour maîtriser l'équilibre de la poêle sur le réchaud gaz...

Soirée riche en discussion diverses avec de grands éclats de rires, puis chacun se glisse dans son duvet.

Dimanche, après avoir trainé tranquillement, la décision est prise, nous retournons au nouveau trou trouvé la veille mais nous reprendrons égalment le cheminement vers le Mont Ner pour comprendre notre erreur.

Objectif atteint assez facilement pour retrouver ce trou. L'entrée étant assez étroite, c'est bien d'avoir un petit gabarit. J'installe une corde, et Noé se prépare. Mais en surveillant son équipement, je lui demande de retourner son mousqueton de renvoi. Ce qu'il fait trop rapidement et le cling! bing! bong! nous indique qu'il est arrivé au fond. Ce trou prendra donc le nom du "Mousqueton Volant" car heureusement il a été retrouvé. Noé s'engage et nous donne les infos au fur et à mesure, puis nous descendons l'appareil photo de Jean François en bout de corde. Aucune suite n'est à priori envisageable, mais l'élargissement de l'entrée serait à faire pour confirmer.

7 m de profondeur pour une salle unique de 2 m sur 3 environ.

Nous retournons sur nos pas et nous retrouvons enfin le Mont Ner, mais le soleil est déjà bien haut et la chaleur bien présente, alors retour vers le refuge ou une bonne grillade est largement appréciée.

Puis, tout simplement chargement du Niva, et retour sur Narbonne.

Le tout en quelques photos:

Le trou de la palette presque au sommet du Pic du Pied de Poul

La palette I

La palette IIEt le trou du Mousqueton Volant

Renvoi III

Renvoi volant I

Renvoi volant II

Renvoi volant IV

Renvoi volantSans oublier la grillage pour le réconfort après l'effort

Renvoi volant V

 


lundi 15 juin 2020

Même les "Doudou" font de la spéléo

Un we de reprise avec le minimum de distanciation avec une belle classique, le "Pistachier", ou aven de Grailhes(aux environs du Montnert).

Cavité assez simple avec un puits unique de 45 m, mais avec quelques fractionnement sympa. L'objectif était en premier lieu de retrouver l'entrée, et il faut reconnaître que la végétation ne facilite pas les choses. Puis surtout de permettre à notre benjamin du Club d'acquérir l'autonomie car il me fallait équiper et surveiller les bons gestes de Noé.

Un grand bravo à lui, même si quelques conseils ont été utiles pour le rappel des bons gestes, il s'est très très bien organiser.

En plus, une bonne soirée de plus au coin du feu pour la grillade avec Jean Pierre.

Bien sur, sur deux jours, il nous fallait un peu plus qu'une seule cavité. Alors, nous en avons profité pour reprendre les travaux au "Jumeau", et élargir le haut du puits terminal. descente de planches, et coupe sur place avec une disqueuse pour boucher le puits, et éviter que les blocs ne tombent trop bas. Le résultat sera à voir la prochaine fois...

Et le "Doudou" me direz-vous? Et bien, Noé, nous a fait la surprise de son copain d'aventure. C'est tellement rigolo, qu'une photo s'impose : 

IMG_20200614_131944337

IMG_20200614_131934211Un jeune (tout juste 12 ans) qui sait aussi être très sérieux dans la pratique spéléo. Bon d'accord, la bière est uniquement là pour le décor. d'ailleurs, c'est la mienne, lui, c'est soda.

 

Posté par Le Fondukit à 00:03 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 8 avril 2020

En ce temps de confinement

En ce temps de confinement et d'incertitudes diverses, quelques mises au point qui sont simplement du bon sens :

 

L'Université Johns Hopkins a envoyé cet excellent résumé pour éviter la contagion, partagez-le car il est très clair :

* Le virus n'est pas un organisme vivant, mais une molécule de protéine (ADN) recouverte d'une couche protectrice de lipides (graisses) qui, lorsqu'elle est absorbée par les cellules des muqueuses oculaires, nasales ou buccales, modifie leur code génétique (mutation) et les convertit en cellules de multiplicateurs et d'agresseurs.

*Parce que le virus n'est pas un organisme vivant mais une molécule de protéine, il n'est pas tué, mais se décompose de lui-même. Le temps de désintégration dépend de la température, de l'humidité et du type de matériau dans lequel il se trouve.

* Le virus est très fragile ; la seule chose qui le protège est une fine couche de graisse extérieure. C'est pourquoi tout savon ou détergent est le meilleur remède, car la mousse CASSE LE GRAS (c'est pourquoi il faut frotter autant : pendant au moins 20 secondes ou plus, et faire beaucoup de mousse). En dissolvant la couche de graisse, la molécule de protéine se disperse et se décompose d'elle-même.

La chaleur dissout la graisse ; utilisez ensuite de l'eau à une température supérieure à 25 degrés pour vous laver les mains, les vêtements et tout le reste. De plus, l'eau chaude produit plus de mousse, ce qui la rend encore plus utile.

* L'alcool ou tout mélange avec de l'alcool à plus de 65% DISSOUT TOUTE GRAISSE, en particulier la couche lipidique externe du virus.

* Tout mélange avec 1 partie d'eau de javel et 5 parties d'eau dissout directement la protéine, la décomposant de l'intérieur.

* L'eau peroxyde aide beaucoup après le savon, l'alcool et le chlore, car le peroxyde dissout la protéine virale, mais il faut l'utiliser pure et elle fait mal à la peau.

PAS DE BACTÉRICIDES. Le virus n'est pas un organisme vivant comme les bactéries ; on ne peut pas tuer ce qui n'est pas vivant avec des antibiotiques, mais désintégrer rapidement sa structure avec tout ce qui a été dit.

* NE JAMAIS secouer les vêtements, draps ou draps usagés ou non utilisés. Bien que collé sur une surface poreuse, il est inerte et se désintègre en 3 heures (tissu et poreux), 4 heures (cuivre, car il est naturellement antiseptique ; et bois, car il élimine toute humidité), 24 heures (carton), 42 heures (métal) et 72 heures (plastique). Mais si vous le secouez ou utilisez un chiffon, les molécules du virus flottent dans l'air pendant 3 heures et peuvent se déposer dans votre nez.

Les molécules virales restent très stables dans le froid extérieur ou artificiel comme les climatiseurs des maisons et des voitures. Ils ont également besoin d'humidité pour rester stables et surtout de l'obscurité. Par conséquent, les environnements déshumidifiés, secs, chauds et lumineux le dégraderont plus rapidement.

* La lumière UV sur tout objet brisera la protéine du virus. Par exemple, pour désinfecter et réutiliser un masque c’est parfait. Attention, il décompose également le collagène (qui est une protéine) de la peau, ce qui finit par provoquer des rides et le cancer de la peau.....(long terme).

* Le virus ne peut PAS passer à travers une peau saine.

* Le vinaigre n'est PAS utile car il ne décompose pas la couche protectrice de la graisse.

PAS D'ALCOOL ni de VODKA. La vodka la plus forte est à 40 % d'alcool et il vous en faut 65 %.

* LA LISTERINE (c'est un bain de bouche américain) fonctionne SI VOUS EN AVEZ BESOIN ! Il s'agit d'un alcool à 65 %.

* Plus l'espace est limité, plus la concentration du virus est importante. Plus ouvert ou ventilé naturellement sera l’espace, moins il sera concentré.

* Ceci étant dit, voilà pourquoi vous devez vous laver les mains avant et après avoir touché des muqueuses, de la nourriture, des serrures, des boutons, des interrupteurs, une télécommande, un téléphone portable, des montres, un ordinateur, des bureaux, une télévision, etc. Et quand on utilise les toilettes.

* Il faut aussi s'humidifier les mains, par exemple en les lavant beaucoup, car les molécules peuvent se cacher dans des micro rides ou les coupures. Plus l'hydratant est épais, mieux c'est.
* Gardez même les ONGLES COURTS pour que le virus ne s'y cache pas.

Bon confinement, restez optimistes et confiants!

Posté par Le Fondukit à 21:43 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 2 avril 2020

Tout en équilibre et proportions

En cette période de confinement, chacun de nous s'occupe comme il le peut, même si cela ne correspond pas obligatoirement à la spéléo.

Alors, aujourd'hui, j'ai reçu une photo de Noé, le Benjamin du Club qui préfèrerait allez bouger quelques cailloux, roder dans la garrigue ou visiter quelques cavités.

J'ai trouvé sa réalisation tellement sympa, que je vous la montre, car entre l'équilibre et l'esthétique, tout est rassemblé.

Voici la Pagode de Noé. Vraiment, CHAPEAU!

Si vous aimez sa réalisation, un petit commentaire est le bienvenue.

5132206449481301078

Posté par Le Fondukit à 22:48 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 25 mars 2020

Une pub d'actualité

Je ne peux m'empêcher de vous mettre cette pub qui me fait bien rire en ce temps de confinement.

 

image001

 

Posté par Le Fondukit à 22:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


vendredi 20 mars 2020

Casquorona-varius

En ce temps de confinement, il convient tout d'abord de se protéger.

En tant que spéléo, l'usage du casque est primordial. Avec celui-ci, le con coronavirus vous prendra pour un ami!

cascoronavirus

C'est le Casquorona-varius!!!

Mais il convient aussi de poursuivre les entrainements. Alors voici deux liens (copier/coller) qui vous montrent que certains ne renoncent pas devant l'effort.

https://vimeo.com/398647763 <https://vimeo.com/398647763>

https://www.youtube.com/watch?v=Csta3No-6NU&feature=youtu.be&fbclid=IwAR1dAZ4G0nDw1Qw73Mr2RytTql7qeY8Ho7s2cTdz8LJg0kITITyoKIUfuQM <https://www.youtube.com/watch?v=Csta3No-6NU&feature=youtu.be&fbclid=IwAR1dAZ4G0nDw1Qw73Mr2RytTql7qeY8Ho7s2cTdz8LJg0kITITyoKIUfuQM>

Un peu d'humour ne fait pas de mal.

Posté par Le Fondukit à 23:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 2 mars 2020

Un dimanche un peu humide

 

En ce beau dimanche de début d'après midi, l'objectif était tout proche de Narbonne. La Clape.

En effet, dernièrement, avec Jean-François, nous avions effectué un peu de remuage de cailloux, non loin de l'effondrement de la Crouzade, et un nouveau trou restait en attente de visite.

Je prends Noé à Narbonne, et au parking de la Pépinière du Rec d'Argent, nous avons la surprise de retrouver Jean-François.

Bien chargé de tout le matériel indispensable à de l'éventuelle première, nous montons sur le plateau, Quelques cailloux sont dégagés de l'entrée pendant que Noé s'équipe.

L'avantage de notre jeune Noé, c'est qu'il est vraiment vaillant et volontaire. En plus, son gabarit est tout à fait adapté à la cavité. Par sécurité, une corde est mise en place, et je l'assure du haut. Il descend et son compte rendu n'est pas vraiment encourageant.

Il remonte et l'envie de voir m'oblige également à descendre. Je confirme la vision de Noé, nous sommes sur un croisement de faille, mais 10 cm en pleine roche n'est pas très engageant. Heureusement pour moi, Jean François tient la corde qui m'aide bien pour sortir de ce trou vraiment étroit.

Malheureusement, en peu de temps, le temps a bien changé, c'est vrai que nous sommes le premier jour des giboulées de mars, et nous retournons aux véhicules totalement trempés. Bien sur, le soleil revient tout juste, alors direction l'entrée du Rec d'Argent. L'eau passe par dessus le seuil de la grille. Quel gâchis de ne pas récupérer cette eau pour la pépinière....en sommeil profond.

Soyons positif, ce nouveau trou ne nous obligera pas à y revenir.

Le trou, c'est fin mais pour Noé pas de problème...

DSCN9085

 On se sécurise sur l'amarrage naturel...

DSCN9185

C'est parti pour la descente...

DSCN9187

 

Posté par Le Fondukit à 00:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 24 février 2020

Un WE riche en aventure

C'est vrai que ce we a été assez riche en moment très sympathiques.

C'est également la première fois que Noé, bientot 12 ans, monte au refuge. C'est donc un we de découverte pour lui.

Après l'arrêt au supermarché de Sigean pour le ravitaillement du we, nous montons sans trop de soucis au refuge de la Serre. La corvée de bois inévitable pour le chauffage et les grillades se déroule sans problèmes sauf pour le Niva dont j'avais nettoyé tout l'arrière, et qu'il faudra recommencer. Entre JPP et Noé, ils sont généreux sur le chargement, mais cela s'avère correct pour ces deux journées et la nuit à venir.

Après cela une pose réhydratation s'impose avant de partir pour "Le Jumeau" avec Noé. JPP s'occupe de finir de couper le bois.

IMG_20200222_171303044

 

Nous démontons les grillages bien mal en point qui entourent l'entrée de la cavité, et quelques piquets sont récalcitrants. 

Ayant réalisé en atelier un cadre avec une grille de 1 m², celle-ci est destinée à protégée l'entrée du "Jumeau" sans pour autant en interdire l'accès. C'est Noé qui perce le trous des fixations du support et il est vaillant sur la massette pour enfoncer les tiges de fixation.

IMG_20200222_174339796

IMG_20200222_175737384

 

JPP nous rejoint pour finaliser la fermeture. C'est vrai que maintenant, c'est nettement plus propre et discret. Nous allons ensuite porter les piquets au TraoucKipue, car ils seront utilisés pour soutenir des remblais.

IMG_20200222_180947652

Retour au refuge à la nuit qui arrive. Noé a faim, mais il devra patienter, le temps de faire une bonne braise pour le poulet mariné au thym local bien sûr. Il n'est pas en reste pour alimenter la cheminée et apprend à ses dépends à bien utiliser le "Boufadou". Soirée bien conviviale au coin du feu, et tout le monde s'accorde à aller dormir. Il est vrai que nous sommes déjà dimanche  depuis peu.

Noé n'échappe pas au passage obligé des barreaux de l'échelle, mais c'est trop facile pour lui.

IMG_20200222_204035271

IMG_20200222_235338033

Quelques bûches permettrons une bonne chaleur pour la nuit. 

Après cette bonne nuit réparatrice, la première question que me pose Noé est celle-ci : quelle est la différence entre un Niva et un François? N'ayant pas de réponse, je vous livre la sienne: Le Niva ne fait du bruit que dans la journée...............Vraiment aucun respect dès le matin!!!!

Au menu de dimanche matin, visite du TraoucKipue jusqu'au fond pour envisager la pose des barres de fer récupérées au Jumeau afin re reprendre la désobstruction, et retrouver le courant d'air.

Nous retournons au refuge, puis direction le nouveau trou découvert en début d'année. Merci le GPS! Un peu de travail aux éclateurs et burineur permet d'agrandir un peu le passage, mais un éclateur et la massette décident de quitter les mains de Noé. Heureusement le fond n'est pas loin et un aimant au bout d'une sangle en permet la récupération, Noé arrive à descendre, mais la suite semble bien compromise sans moyen un peu plus percutants. A noter la façon originale de Noé pour détecté un éventuel courant d'air: enlever sa botte et sa chaussette pour mettre le pied dans une étroiture potentielle. 

IMG_20200223_111633789

Puis retour au refuge non sans une aventure pour Noé qui trébuche sur les rocher et des arbres pour se retrouver coincé avec son kit dans les branches et les pieds en l'air.

IMG_20200223_133214689

Retour au refuge et grillade avant de revenir en fin de journée à la civilisation.

 

 

dimanche 16 février 2020

Un we tranquille

Après les quelques réparations utiles au bon fonctionnement du bon vieux Niva, une petite montée au refuge de la Serre démangeait fortement Jean-Pierre. 

J'y ai répondu volontiers. Départ samedi et lors de notre passage dans Roquefort, ou plus exactement juste au départ de la piste, Bernard B. un spéléo du village qui possède également un vieux Niva surgit véritablement des fourrés en nous ayant reconnu. Une sympathique conversation s'ensuit et il nous informe que la totalité de la piste a été largement aplanie.

En vérité, de longues portions étaient véritablement défoncées et c'était un défi à chaque montée au refuge.

Maintenant, même si le tout-terrain est recommandé, c'est un changement radical avec pratiquement sur tout le parcours la possibilité de se croiser sans problèmes, plus de grosses ornières et des gros blocs qu'il fallait surmonter.

Pour exemple, juste avant d'arriver au refuge le tout dernier virage se passait parfois fortement penché et sur 3 roues, maintenant c'est cela :

IMG_20200216_121847728

 

Vue d'un peu plus près, derrière les arbres, le Niva devant le refuge. Droit devant, une sorte de grande cuvette certainement destinée à accueillir les eaux de ruissellement. Ce qui est totalement idiot si c'est le cas. Bonjour les moustiques!!!IMG_20200216_121701042

La table extérieure qui était un havre d'ombre pendant l'été est maintenant très lumineux.

IMG_20200216_121451306

 

Et puis, l'utilité de passer d'un chemin tranquille à deux voies est surprenant. L'impact sur la végétation est également très important avec de très très nombreux arbustes ou arbres détruits. Le seul point positif (et encore!!!) c'est qu'il y a du bois pour les grillades, mais des coupes raisonnées sont plus adaptées à la préservation du milieu.

Certes, le chemin méritait une amélioration, mais pas à ce point, sauf peu-être en la période d'élection qui s'approche.....

Et dimanche matin, un des effets pervers à venir, deux jeunes avec de toutes petites motos sont passés au refuge alors qu'ils n'auraient jamais pus le faire avant, avec les toutes petites roues des motos.

Pour information également, juste à côté du Grand Barrenc de la Serre, une grande zone a été aplanie pouvant facilement accueillir une DZ héllico., et ce n'est pas la seule zone.

Posté par Le Fondukit à 23:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 9 février 2020

Barrenc de Saint Clément samedi 6 fevrier 2020

Ce samedi 6 février, c'est le vaillant petit Niva de François (remis d'une faiblesse d'un roulement de roue) qui est chargé de nous transporter avec Marylou et Jean-François au dessus de Roquefort des Corbières.

Objectif de la sortie pour François, équiper le barrenc jusqu'a la salle des Marais, à la demande d'un groupe d'études des chiroptères, et pour nous deux, découvrir une cavité à la morphologie inhabituelle pour le massif. En effet si son ouverture est localisée sur un petit replat à 155m d'altitude, le fond se trouve au niveau de la mer et est en connection avec un réseau actuellement noyé par la remontée du niveau marin. La visite de géologues (JY Bigot Spéléaude n°13) a mis aussi en évidence qu'il ne s'agit pas d'un aven perte, mais d'une cavité qui a fonctionné en puits-cheminée, avec un creusement du bas vers le haut.

Nous attaquons la descente à 10:00, chacun chargé d'un bon kit de cordes, François avec en plus une belle collection de maillons rapides, autres mousquetons et sangles diverses. La cavité constituée d'une galerie aux belles dimensions, est une succession de toboggans et puits, qui nécessitent de nombreux fractionnements pour éviter les frottements de corde, à la grande joie de Marylou, et Jean-François...L'équipement n'est pas évident, et nécessite quelques reprises et adaptations pour le rendre plus confortable (?). Arrivés dans la salle intermédiaire à -60, nous pouvons admirer les creusement successifs qui en ont marqué les parois, prouvant que le niveau d'eau fluctuait à ce niveau. On continue en enchaînant un puits un toboggan, un autre puits un autre toboggan et enfin un dernier puits qui nous dépose dans la gigantesque et gadouilleuse salle des Marais (il est 16:00). Et là, surprise, pas un chiroptère au plafond, peut être sont ils réfugiés en face, dans le réseau supérieur ? Le tapis d'argile molle qui tapisse la salle n'incite pas à la promenade touristique, par peur d'y laisser les bottes, et c'est d'un commun accord que nous attaquons la remontée, après s'être hydratés et un peu reposés (?) et résisté à l'envie d'une bataille de boules d'argile.

Le premier puits est avalé tranquillement, en admirant l'efficacité du Croll et de la poignée, qui arrivent à maîtriser une corde aussi boueuse. La suite est un peu plus laborieuse, l'enchainement de toboggans ou il est difficile de trouver la meilleure efficacité: Croll+Poignée+ pédale, ou poignée toute seule, ne facilite pas la progression. La fatigue aidant, a la sortie Du P10 c'est une lampe de secours qui décide de prendre son indépendance et de rester dans le trou, et à celle du P18, c'est une pédale jalouse de la lampe, qui décide de faire pareil..... Mais c'est quand même à trois, soulagés du poids des cordes, que nous sortons enfin du Saint Clément il est 17:00.

Bilan: On a évolué dans une belle cavité atypique, senti le courant d'air bien frais qui, quelques fois descendait dans la galerie, on n'a pas vu de chiroptères mais on en a peut être entendu (ou c'était le bruit de l'eau ?) on a croisé quelques bestioles : araignées, myriapodes, et même un ver de terre dans le T40 (?) on a partagé des moments de découverte, de fatigue, de concentration, d'interrogations (bon sang! comment je vais réussir à me longer/délonger, dans/de ce fichu amarrage...) de séparation (lampe, pédale..). Finalement que du bonheur, et quelques douleurs/courbatures pour ce soir et demain....peut être

Trés heureux d'avoir partagé cette belle journée.

 

DSCN9147François équipe le T38

DSCN9148Départ du T38, belle galerie

DSCN9151Marylou au départ du P10

DSCN9154Marylou au départ du P15

DSCN9156aP15

DSCN9159Dans la salle des Marais et son environnement gadouilleux

Posté par JEF11100 à 12:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]